Jean Dubé - pianiste international
Critiques
 
 
 
 
 

 
 

"Un des nouveaux grands spécialistes de Liszt. Parfait, son jeu possède fougue, et sens des couleurs. Le public du festival international de piano ne s'est pas trompé en lui accordant un véritable triomphe."  Jean-Rémi Barland, La Provence, 22 août 2013 (critique suivant le récital donné le 19 août 20013 au Festival de la Roque d'Anthéron)

"Un jeu sobre, avec le plus haut degré de l'élégance" 
Peter Burwasser, Magazine FANFARE,  2013 (au sujet du CD "Oeuvres pour piano" d' Erkki Melartin enregistré chez BNL)
 
« […] la connivence d'un temps rêvé entre Jean Cras et la contemporaine sensibilité d'un Hervé Roullet s’imposent au toucher sobre et altier de Jean Dubé.» (au sujet du CD "Scènes marines et champêtres" - avec des morceaux de Jean Cras et Hervé Roullet -enregistré chez Syrius)  Patrick Tudoret, Grand prix de la critique 2009.
http://www.pianofr.com/
 
Cher grand musicien, quel bonheur que cette soirée passée à vous  écouter ! Vous faites chanter votre clavier d’inoubliable façon ! Alliant la puissance et la légèreté, la force et la douceur avec un incomparable talent. Vos interprétations nous révèlent des œuvres peu connues mais renouvellent aussi d’autres très célèbres et ça, c’est un talent rare, réservé aux plus grands. J’ai eu la chance d’ entendre et de voir Horowitz, Rubinstein, Cziffra, Samson François, Yves Nat, Wilhelm Kempff, d’autres parmi les plus fameux et vous êtes de ces pianistes qui, comme eux, savent créer un climat et nous donnent de la musique pure;  je suis sûre que les compositeurs, où qu’ils soient, vous entendent, sourient, approuvent et se savent merveilleusement servis.Merci mille fois… Je vous savais grand pour vous avoir écouté il y a une dizaine d’années et hier soir, vous m’avez totalement comblée. Continuez à nous enchanter… Vous avez reçu un don unique, continuez à nous le faire partager…Croyez bien, Cher pianiste, à ma reconnaissance, je forme des vœux pour que votre carrière se poursuive pour votre joie, celle de vos proches et la nôtre.Bien, bien admirativement. Soizik Moreau, Maire Adjointe Chargée de la Culture,  Mairie du 11 Arrondissement , Paris, 12 janvier 2006
 
En trente ans de carrière au Conservatoire de Nice, André Peyregne a observé trois enfants prodiges, « des enfants qui ont la science infuse, qui jouent spontanément », raconte-t-il. « Je me souviens de Jean Dubé. Il avait 5 ans. Pendant que ses parents me parlaient de ses dons, il s'amusait à quatre pattes sous mon bureau, juste avant de jouer une étude de Chopin qu'on ne joue normalement qu'après dix ans de Conservatoire » Anne Crignon et Claire Fleury , Le Nouvel Observateur, « Les enfants prodiges », semaine du jeudi 22 décembre 2005
 
 Jean Dubé, imposant phénomène du piano/… / Il excelle à rendre la fragile et délicate intimité de Haydn. /…/De Chopin il révèle la force  intérieure et le tragique et il souligne, par sa virtuosité, la grâce légère et pétillante du compositeur/…/Son interprétation incroyablement intense du morceau « Après une lecture de Dante » de Liszt, montre sa profonde compréhension de la Divine Comédie avec tous ses contrastes  entre  l’Enfer et le Paradis, ce qui pourrait même induire tous ceux qui n’aiment pas ce morceau lisztien à l’apprécier vraiment. /…/En jouant la musique « légère au cœur » de Fauré, tout était très raffiné, plein d’élégante finesse /…/Magistrale interprétation de Petrushka, avec   une expressivité débordante de vitalité au millimètre carré /…/A la fin du récital nous avions totalement oublié l’absence du pianiste Igor Roma que nous avions été si surpris, au début,  de voir remplacer par Jean Dubé.  (Critique suivant  le récital du 20 février à l’église Remonstrantse Kerk, Nieuwkoop, Pays-Bas) Leidsch Dagblad, 23 février 2005
 
 
Depuis lepremier tour du Concours Liszt d’utrecht, il m’est apparu très clairement que Jean Dubé était un musicien très spécial : il fait preuve d’un grand respect pour le style des pièces qu’il interprète, possède un son excellent et maîtrise le piano sans aucun effort. Aussi ai-je été ravi de constater que les autres membres du jury étaient du même avis que moi. L’art de M. Dubé est tout à fait exceptionnel et mérite d’être hautement recommandé. Leslie Howard, pianiste, membre du jury du Concours Liszt d’Utrecht, avril 2004
 
Une ravissante soirée franco-finlandaise/…/Après le chœur, c’était le tour d’une étoile montante du piano qui deviendra sans aucun doute l’un des plus importants pianistes de ce nouveau millénaire, comme le laissent déjà prévoir son jeu et son succès aux concours. Plusieurs maîtres du piano ont avoué avoir aimé, dans leur jeunesse, jouer vite et fort. Le jeu de monsieur Dubé, au contraire, n’est pas forcé, en fait, son expression se révèle très lyrique, dotée des couleurs pianistiques les plus sensibles. Par contre, il montre sa grande virtuosité avec un grand enthousiasme. Cet artiste nous donna avec grand brio de telles envolées de notes que le public en eut littéralement le souffle coupé. Cependant il fit aussi ressortir le lyrisme de Debussy et Fauré de façon tout à fait  remarquable./…/ Le concert se termina par le feu d’artifice de Dubé dans la Rhapsodie hongroise de Liszt. Le jeune virtuose mit dans son jeu une telle  force expressive que  le public fut conduit à une extase absolue. Karjalainen, 13 mars 2004 Critique suivant  le récital du  11 mars 2004 à Joensuu, Finlande
 
Epoustouflant ! Le jeune pianiste français a fait preuve d’une solide technique et d’une expressivité profondément émouvante lors de son premier récital au festival « Sala Beethoven » « Qu’il revienne ! qu’il revienne ! » semblaient vouloir dire les applaudissements des spectateurs tous levés pour l’ovationner. Il est clair qu’il appartient à la classe des jeunes artistes voués à un avenir supérieur. Agé de 21 ans, il a joué comme le meilleur des artistes déjà mûrs. Faisant preuve d’une technique solide et d’un engagement total dans son art, il est capable d’émouvoir  profondément le public. Un seul regret :  ne pas pouvoir l’écouter encore plusieurs fois. Sans aucun doute, Jean Dubé est non seulement un virtuose de haut vol  mais aussi un pianiste exquis capable des plus grandes finesses comme des plus profondes émotions musicales. /…/ Un plaisir du début à la fin /…/ Dans sa propre version du « Prélude, fugue et variation », pièce exquise d’une grande poésie musicale,  écrite originellement pour l’orgue par César Franck, il déploya la palette de ses belles sonorités, la délicatesse de son phrasé et la plus sincère émotivité. /…/ Avec « Triana » d’Albeniz, il montra sa capacité à faire ressortir les couleurs et, encore une fois, fit preuve d’une grande  qualité sonore. Tout en  contrôlant parfaitement son énorme force musculaire, il nous offrit une version véritablement orchestrale de la « Rhapsodie espagnole » de Liszt, avec des attaques époustouflantes, prodigieuses mais toujours menées avec une intelligente et juste dose de bon goût. /…/Avec une compétence souveraine, il donna à la version pianistique de la « Valse triste » de Sibelius, une richesse et une fougue profondément heureuses. Un « tour de force » digne des prouesses sportives de haut niveau : c’est ce dont il fit preuve dans les « Danses » de Marrosszék où sa virtuosité sans faille, de pair avec  un parfait équilibre des sonorités,  rappelait, à travers un morceau du XXème siècle,  le style des  grands virtuoses du XIXème. Enfin, dans la première Sonate  de Ginastera, il montra plus que jamais une compréhension  intime, dévouée et sincère du compositeur. /…/ Sans aucun doute, son interprétation convainquante exerce cette attraction magnétique sur le public que possèdent seulement les grands pianistes. Ce fut véritablement un grand privilège d’écouter Jean Dubé. Espérons que la direction réengage bientôt ce grand artiste ! » Alejandro Fernández, Critique musical, EL NORTE, vendredi 10septembre 2004
 
 A peine Jean Dubé eut-il mis ses mains sur le piano, dimanche au Westminster, que l’auditoire fut aux anges. Il venait d’aborder un Impromptu de Chopin. Seuls les magiciens ont ce pouvoir de ravir instantanément le public. Jean Dubé est, à sa façon, un magicien. Dès les premiers applaudissements, le public fut debout. Cela se voit rarement. A 21 ans, Jean Dubé est un pianiste comme il y en a peu. Sa maîtrise est parfaite, sa virtuosité stupéfiante, sa musicalité idéale, sa sonorité merveilleuse. En plus, il possède ce don d’émouvoir qui distingue  les artistes d’élite des autres. Nice Matin, 2003
 
 « Jean  Dubé incontestable vainqueur du concours Liszt ». Dubé est vraiment un grand interprète: il apporte du bonheur et même une certaine béatitude. Algemeen Dagblad, 2002
 
Jean Dubé possède le plus de maîtrise, il choisit le spectaculaire et la vitesse et réussit à transmettre au public son enthousiasme pour la virtuosité lisztienne. Sa cadence bien réussie lui a valu les ovations des mélomanes. Telegraf,  2002
 
 
« Une gazelle sur le clavier ».Il ne faut pas s’en tenir à ses prouesses techniques surnaturelles: grâce à lui, écouter du Liszt redevient un plaisir. Avec quelqu’un comme Jean Dubé, la bizarrerie des acrobaties pianistiques style formule 1 - que l’on rencontre par exemple dans la Tarantella di bravura - devient  soudain  une performance magique. Tous les précédents gagnants de ce concours peuvent apprendre de lui… la fantaisie et l’humour. Brabants Dagblad, Utrecht, 2002
 
 
Le vainqueur Jean Dubé offre  le plus stabilité, son jeu ne présente rien d’inutile, il possède sa propre vision des oeuvres–de précieuses qualités d’autant plus mises en valeur  qu’il se place toujours à l’arrière plan.Trauw, 2002
 
 Un virtuose ! Un phénomène !  […] le pianiste le plus impressionnant de l’année. Il a vingt ans et une maîtrise absolue de son art. Une virtuosité à toute épreuve, un vrai pouvoir d’émouvoir. Il sait donner du poids à son discours,  faire sangloter une phrase, prolonger un soupir, déchaîner des orages, tenir son public en haleine. Il peut être colossal ou caressant. Il n’a  pas son pareil pour faire attendre la dernière note, celle,  précieuse et définitive, qui vous arrache une larme. Nice Matin, 2001
 
 « Le pianiste français  l’emporte haut la main au 6e concours international Liszt », «ses doigts volaient littéralement sur le clavier », « gagnant incontesté » et « lauréat inégalé », affichait la une des journaux après la victoire de Jean Dubé au 6e concours Liszt d’Utrecht, qui s’est déroulé du 31 mars au 13 avril 2002.Pour la première fois, le public put choisir lui aussi ‘son’ lauréat dans la finale. Le tonnerre d’applaudissements qui salua son interprétation de la Rhapsodie hongroise n° 2 prouva que Dubé avait conquis tous les cœurs. Concours International Franz Liszt, Utrecht, 2002 
 
 
« Prodigieux Jean Dubé . Le jeune pianiste de 19 ans a donné un récital époustouflant dimanche matin à l’Institut, devant une salle  quasiment comble ». Avec des artistes de la trempe de Jean Dubé, l’avenir du piano français semble assuré. […]une fougue et une clarté déclamatoire rappelant Yves Nat. Aussi à l’aise dans le répertoire classique et romantique que contemporain, JeanDubé a fortement impressionné les mélomanes par son  souci constant detransparence, de fluidité et surtout d’expressivité, sa technique transcendanteet sa maestria confondante.La République du Centre, 2001
 
Lorsque j’ai entendu Jean Dubé la première fois, il était âgé de douze ans. J’ai vu pour lui un grand avenir. Son curriculum vitae prouve que je ne  m’étais pas trompée. Il a déjà commencé une très grande carrière. Jacqueline Robin,  Professeur honoraire du CNSMDP, 5 Grands prix du disque, Paris, 2001
 
Jean Dubé est sans aucun doute l’un des plus talentueux pianistes de sa génération. Il possède une époustouflante technique qui lui permet d’interpréter les œuvres les plus difficiles du répertoire avec une aisance enviable. Il est aussi capable de produire un son énorme que de jouer avec une extrême délicatesse. C’est un musicien inné et il se produit en public avec énergie, passion et enthousiasme. Je prédis à Jean Dubé un avenir important dans la profession musicale. John O’Conor, Directeur de l’Académie Royale Irlandaise de Musique, Directeur Artistique du Concours International de Piano AXA de Dublin, 2001
 
Jean Dubé a dominé l’épreuve de récital avec un époustouflant Klavierstuck de l’Allemand Wolfgang Rihm et un vertigineux Désordre  de Ligeti. Il manifeste imagination, présence et une puissance de son orchestrale. Le Monde  de la Musique, 2001
 
Jean Dubé est non seulement un très brillant pianiste, mais aussi un musicien profond et original. Il peut être considéré comme un des grands espoirs pianistiques d’aujourd’hui.Jean Guillou, Paris, 2001
 
On se souviendra de sa virtuosité fougueuse, de son originalité, de sa profonde musicalité comme de son impact sur le public. Le Figaro, 2000
 
 
Une révélation. L’art du soliste est passé comme un souffle puissant sur l’auditoire.Badisches Tagblatt, Baden-Baden,  1998
 
Un des plus beaux espoirs du piano français. Festival International de Lanaudière, 1998
 
 
Un musicien hors du commun pour qui l’impossible n’existe pas. Muzsika, Budapest, 1998
 
 
Une maîtrise flamboyante et une musicalité surprenante de beauté.Festival « Musiques dans les Vignes »,  1998
 
Une extraordinaire puissance, un incroyable talent. Festival international de Pierrefonds, 1996 Fantastique prestation de Jean Dubé. Nous avons hâte de réécouter bientôt son jeu fabuleux. Je suis fermement convaincue que lorsque nous le reverrons, il sera un merveilleux pianiste qui nous fascinera par son style encore plus raffiné. Ayako Murano, Productrice de NHK (Nippon Hyoso Kyokai,  Chaîne nationale de télévision japonaise). Tokyo, 1995
 
 
Jean Dubé. C’était un enfant qui faisait spontanément de la musique tout comme Hamilton faisait spontanément des mathématiques ou Leibniz de la philosophie. Il y a une grande différence entre ce genre de génie que l’on ne rencontre qu’une fois dans sa carrière et les élèves très doués, très brillants, qui sont beaucoup plus nombreux. André Peyregne, Directeur du Conservatoire  de Nice,Le Monde de la Musique, 1995
 
J’ai été littéralement stupéfié par Jean Dubé, dix ans. L’aisance et la clarté du son, la beauté du phrasé, la compréhension du texte sont au niveau des qualités techniques, vite oubliées comme à l’écoute d’un grand (à tous les sens du mot) interprète. Un enfant prodige ? On verra bien. Un sens musical prodigieux ? C’est certain.  GérardGefen, La Lettre du musicien, Paris, 1992
Assistant de création de site fourni par  Vistaprint